Publié le 2 août 2019

Naturopathe Emmanuelle CHRETIEN

Un jour, une épice...
Aujourd'hui le piment.
2 études américaine et chinoise rendent les mêmes conclusions : consommer du piment plusieurs fois par semaine fait reculer la mortalité prématurée (avc) de 13 % ! Et cela grâce à sa substance active : la capsaïcine.
C'est donc une des épices les plus intéressantes pour notre santé. De plus, consommer du piment permet de limiter le surpoids en augmentant la sensation satiété et en activant nos dépenses énergétiques, et en limitant les pics de glycémie après les repas. Le piment est bon pour la santé cardio-vasculaire : il régule le flux sanguin et évite la formation de caillot. Et contrairement à ce qu'on croit, il a un effet protecteur sur la paroi gastrique et limite donc l'apparition d'ulcère. En revanche, en cas de reflux, mieux vaut éviter les plats épicés.
Dans la foulée, il diminue les risques de diabètes et de cancer (poumon, pancrés, prostate).
On peut intégrer du piment dans tous les plats, et si on n'aime pas le côté trop "piquant", commencez par le paprika ou piment d'Espelette. Seule contre indication : le piment peut augmenter la perméabilité intestinale et est déconseillé en cas de maladie de Crohn, ou syndrôme de l'intestin irritable (qui est très bien pris en charge par la naturopathie). Emmanuelle Chrétien naturopathe
Nous contacter
Message envoyé. Nous vous contacterons prochainement.